Sommaire

Dans le neuf, les enduits multicouches projetés mécaniquement accrochent mieux au support et peuvent être réalisés en deux couches au lieu de trois.

Ils s'appliquent sur les maçonneries et sont choisis en fonction du support, de l'exposition, de l'aspect recherché. Le point dans notre astuce.

Trois classes de support, quatre classes d'enduit

Deux couches distinctes d'enduits multicouches projetés mécaniquement sont réalisées. Elles assurent à la fois les fonctions de dressage, d'imperméabilisation et de parement.

Quatre classes d'enduit sont définies en fonction de leur résistance mécanique en compression : CS1 (plus faible), CSII, CSIII, CSIV (la plus forte).

Les règles de l'art (DTU 26.1) répartissent les supports en maçonnerie en 3 classes en fonction de la résistance à l’arrachement (Rt) de la surface des éléments à enduire : Rt1, Rt2 et Rt3 :

  • les supports Rt3 (résistance à l’arrachement élevée) ;
  • les supports Rt2 (résistance à l’arrachement moyenne), classe dans laquelle on trouve par exemple certaines briques de terre cuite, des blocs de béton de granulats légers, etc. ;
  • les supports Rt1 (résistance à l’arrachement réduite), classe à laquelle appartiennent en particulier les blocs de béton cellulaire : les support de la classe Rt1 demandent l'application préalable d'un gobetis.

Compatibilité du support et de l'enduit projeté

La classe de résistance à choisir dépend de la résistance à l'arrachement du support :

  • Si le support est Rt1, la classe de résistance de l'enduit sera : CS1 ou CSII.
  • Si le support est Rt2, la classe de résistance de l'enduit sera : CSI, CSII, CSIII.
  • Si le support est Rt3, la classe de résistance de l'enduit sera : CSI, CSII, CSIII, CSIV.

 

Première couche d'enduit projeté

La première couche peut être composée d'un mortier d'enduit courant (dit GP) ou d'un mortier de dosé et mélangé sur le chantier :

  • Le mortier GP doit avoir une classe de résistance en adéquation avec le support.
  • Cette première couche doit permettre l'adhérence de la couche suivante et rattraper les irrégularités.
  • Le mortier GP aura une classe de résistance compatible avec la classe de résistance du support.
  • Les mortiers réalisés sur le chantier doivent être dosés selon les préconisations des règles de l'art. Ce dosage s'effectue en fonction du classement du support et diffère entre la première couche et la deuxième couche.
  • Cette couche peut être effectuée en une ou deux passes. Le temps de durcissement est en moyenne de 4 à 7 jours.

Deuxième couche d'enduit : imperméabilisation et décoration

La deuxième couche apporte en complément l'imperméabilisation du support et la touche décorative.

Cette couche peut être composée :

  • d'un mortier d'enduit de parement coloré, utilisé pour la décoration d'une classe de résistance inférieure à l'autre enduit (CR) ;
  • d'un mortier d'enduit monocouche d'une classe de résistance inférieure à l'autre enduit (OC) ;
  • d'un mortier préparé sur le chantier.

Le dosage de la deuxième couche de mortier de chantier (en kg par m3 de sable) s'effectue en fonction du classement du support et diffère de celui de la première couche.

La deuxième couche est effectuée sur la première couche séchée et ré-humidifiée. Au total, les deux couches doivent être d'une épaisseur inférieure à 15 mm.

Pour en savoir davantage :

Ravalement de façade

Ravalement de façade : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur les obligations et démarches
  • Des conseils sur les matériaux, le nettoyage et la rénovation
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Réalisation des travaux

Sommaire

À qui s'adresser pour un ravalement de façade ?

Entreprise ravalement : à qui s'adresser ?

Ces pros peuvent vous aider